Aujourd'hui: Avril 23 2019
Russe English Grecque letton Français Allemand Chinois simplifié) Arabic hébreu

Tout ce que vous voulez savoir sur Chypre sur notre site web Cyplive.com
la ressource la plus informative sur Chypre dans la runette
Pourquoi le ministère grec des Affaires étrangères a fait une escarmouche avec Zakharova

Pourquoi le ministère grec des Affaires étrangères a fait une escarmouche avec Zakharova

Juillet 20 2018 LJ cover – Зачем МИД Греции устроил перепалку с Захаровой
tags: Grèce, Politique, Russie, Relations internationales, Analytique

Ministère grec des Affaires étrangères a décidé de ne pas se limiter à l'expulsion de diplomates russes et a continué à gonfler le scandale, est entré en polémique avec Maria Zakharova, qui a tenté de désamorcer la situation. Athènes a accusé le représentant du ministère russe des Affaires étrangères de malentendu sur la politique étrangère grecque et le manque de respect de la souveraineté du pays. Qu'est-ce qui se cache derrière les déclarations acerbes des Grecs?

Внезапный дипломатический кризис между Грецией и Россией, спровоцированный небывалым демаршем Афин, еще больше усугубился. Посол России в Афинах Андрей Маслов в четверг сообщил, что визит министра иностранных дел России Сергея Лаврова в Грецию, который должен был состояться в сентябре, в нынешней ситуации утрачивает актуальность.

Maslov a ajouté que Moscou a également décidé de l'expulsion des diplomates grecs. Le calendrier et le nombre de diplomates grecs, que Moscou enverra, sont encore inconnus.

Дипломатический скандал между Грецией и Россией вспыхнул 11 июля, когда через афинскую прессу было объявлено о высылке из страны сразу двух российских дипломатов и запрете на въезд еще двум. Их обвинили во вмешательстве в греческие внутренние дела и в подрыве ее национальной безопасности.

Как писала газета ВЗГЛЯД, необычность этого демарша в том, что ранее ничего подобного в двусторонних отношениях Москвы и Афин не было. Если и возникали трения по каким-либо вопросам и вставал вопрос о высылке дипломатических сотрудников (что тоже бывало крайне редко), то этому придавалось минимум огласки. Тем не менее сами по себе отношения при правительстве Алексиса Ципраса, вопреки ожиданиям, становились всё более прохладными.

Сам же дипломатический скандал, как не исключали эксперты, мог быть связан с переговорами и соглашением Греции и Македонии о смене госнаименования последней, которое было воспринято Москвой без энтузиазма. Греческие СМИ даже поспешили опубликовать обвинения в адрес Лаврова, что он будто бы угрожал греческому коллеге заблокировать в СБ ООН соглашение о новом названии Македонии. Однако накануне официальный представитель МИД России Мария Захарова назвала такие заявления абсурдом и чушью, удивившись, что греческое внешнеполитическое ведомство не опровергло данные слухи.

Cependant, il était beaucoup plus important pour le ministère grec des Affaires étrangères de se livrer à une querelle avec Zakharova que de réfuter les insinuations contre le ministre russe. Ainsi, les Grecs se révoltent, que le porte-parole, en essayant un peu de lisser la situation avec l'expulsion des diplomates, a déclaré: « Nous comprenons parfaitement que les pressions exercées sur la Grèce, il était le plus fort. Je peux dire avec certitude que je m'appuie sur des faits ... Dans ce cas, c'était un jeu dans lequel, bien sûr, la Grèce a été tirée ... Le jeu était multi-étape - nous le savons juste. "

В опубликованном на сайте МИД Греции заявлении слова Захаровой назвали голословным обвинением, «характерным примером неуважения к третьей стране» и свидетельством непонимания «современного мира, в котором государства независимо от их размера имеют самостоятельность и могут проводить независимую, многогранную и демократическую внешнюю политику». Это демонстрация менталитета людей, «которые не понимают принципов и ценностей греческой внешней политики», продолжили греки.

La déclaration indique également que la même "logique négative", comme celle de Zakharova, a incité quatre "citoyens russes à prendre des mesures qui ont conduit à leur expulsion ou à leur interdiction d'entrée en Grèce". Mais les terrains sur lesquels Athènes opérait étaient «soumis en temps opportun aux autorités russes», et les autorités russes «savent très bien ce que font leurs citoyens». Dans le même temps, a ajouté le ministère des Affaires étrangères, la Grèce a cherché à percevoir les actions de ces citoyens comme n'ayant rien à voir avec la politique étrangère officielle de la Russie. "Cependant, avec sa déclaration d'aujourd'hui, le représentant du ministère russe des Affaires étrangères est d'accord avec eux et montre qu'elle aimerait légaliser ces actions illégales", a décidé le ministère grec. Ils ont ajouté que "le manque de respect permanent pour la Grèce devrait cesser" et "personne n'a le droit et ne peut s'ingérer dans ses affaires intérieures".

Chercheur principal de la mer Noire et études méditerranéennes, l'Institut de l'Europe Denis Zelikson estime qu ' « il est la pratique diplomatique, quand un niveau suffisamment élevé, comme en Russie, a fait une déclaration sur le représentant officiel du ministère des Affaires étrangères. »

Cependant, dans son contenu, « la déclaration concerne directement non seulement la Grèce, est la pratique de corriger la politique étrangère, » at-il déclaré au journal VIEW, ajoutant que ces déclarations ne peuvent pas rester sans réponse en raison des règles et des pratiques diplomatiques de base. Et la déclaration du ministère grec des Affaires étrangères est une réaction formelle aux actions du ministère russe. Il n'y a pas de complexe, un désir de montrer leur indépendance ou d'exprimer en quelque sorte leurs griefs, a déclaré la source.

Cette situation ne peut pas être considérée comme anti-russe, estime Zelikson à cet égard. La logique même du développement des événements montre qu'en Grèce, depuis l'émergence de la situation où ils ont été contraints d'envoyer des diplomates russes en la personne du représentant officiel du gouvernement, ils ont constamment souligné que cela avait vraiment un cas particulier. Et cela ne devrait pas affecter les relations mutuelles des deux pays.

Zelikson convaincu que l'application du ministère grec des Affaires étrangères de l'indépendance complètement dans la logique de la diplomatie, en référence aux normes fondamentales du droit international concernant la souveraineté. Bien sûr, la politique extérieure de la Grèce, selon l'expert, l'UE a une influence, mais il est nécessaire de réduire certains effets d'un État distinct ou individus, car il est seulement une politique étrangère commune, l'harmonisation des participants dans le cadre des associations d'intégration. Avec les États-Unis, les Grecs ont une relation tendue, selon ses mots.

Cependant, avec cette position, le journaliste grec Nikos Fidiropoulos est fortement en désaccord. Si c'était vraiment juste un cas particulier, tous les désaccords possibles pourraient être résolus par des canaux internes ne pas faire de publicité et ne donnent pas la cause de la réaction du public, a déclaré le journal Fidiropulos VIEW. L'exposition de toute cette histoire est en conflit avec la relation traditionnelle entre les deux pays, a-t-il assuré.

Donc, il ne peut être exclu que, ce qui porte le scandale dans un plan public et continuer à gonfler, Athènes veut pas tant de démontrer son indépendance en tant que nouveau, pas trop amicale envers Moscou bien sûr.

Il est certain qu'une telle publicité est due, entre autres, à la situation politique et économique intérieure de la Grèce. Il a adopté la soi-disant carte macédonienne comme une épreuve de force interne entre les parties, à rêver plus accessible aux autorités, a expliqué la source. Fidiropulos a admis qu'il était l'un de ceux qui croient dans le désir de première de Alexis Tsipras, « il y a deux ans qui a pu charmer Vladimir Poutine » renforcer les relations avec Moscou. « Comme d'autres millions de Grecs, j'ai vu Tsipras sur qui dirigera tous les efforts pour faire en sorte que soulèvent la nation de ses genoux, pour se débarrasser de la » Troïka « des bailleurs de fonds internationaux (FMI, BCE et Commission européenne - Jetez un coup d'oeil.), Qui sont déjà typeset budget de l'Etat ". Cependant, au lieu de cela, les relations avec la Russie se détériorent, Athènes est pliée sous toutes les exigences des créanciers et de l'UE.

По его словам, не нужно много ума, чтобы видеть влияние на Грецию со стороны стран Запада. «Все мы зависим от них, от господина Шойбле (председатель бундестага Вольфганг Шойбле), канцлера ФРГ Ангелы Меркель. То, что немцы не сумели сделать 75 лет назад, они сделали своим экономическим ресурсом. И в этом им помогли отдельно взятые греческие политики-компрадоры», – подытожил Фидиропулос.

"Et quand ils disent que la Russie a presque payé pour des millions de réunions à Athènes et à Thessalonique, je veux demander pourquoi la Russie a besoin de cela? Vous tournez la tête vers la gauche, peut-être que cela a été soutenu par les États-Unis? Composez l'esprit, si vous radeete donc pour la Grèce si indépendante ... Si vous dites « A », puis dites ensuite « b ». Le fait que tout cela barboteurs (États-Unis) « camarades », je ne doutaient pas, « - dit le journaliste, ajoutant que la Russie » a reconnu Skopje en Macédoine il y a encore de vingt ans, il y a une certaine pression, elle pourrait avoir ".

Fidiropoulos a admis que, malgré la citoyenneté grecque, "forcé de s'associer" à l'opinion de Zakharova. Selon lui, la décision d'expulser les diplomates russes "était indépendante au 50%". "Le reste de 50 sont des obligations envers l'Union européenne et Washington", a-t-il déclaré.

Собеседник также возмутился тем, что «крайним» во всей этой ситуации обозначен генконсул России в Салониках Алексей Попов, который «столько сил положил на выстраивание отношений между странами еще с советских времен, и его буквально сливают». «Я прекрасно знаю Алексея Анатольевича Попова. Это дипломат, который всю свою жизнь посвятил Греции. И поставить его в ситуацию, что он чего-то там нарушал... Это никак не укладывается в моей голове», – признался Фидиропулос.

Andrei Rezchikov, Yana Belousova
REGARDEZ
G|translate Your license is inactive or expired, please subscribe again!