Allez pour la publicité
«Retour aux nouvelles

nouvelles

25.09.2017 - 08: 23

Les élections en Allemagne: la victoire du bloc Merkel et le succès de "Alternatives for Germany"

L'Alliance CDU / CSU dirigée par l'actuelle chancelière Angela Merkel a remporté les élections législatives en Allemagne, la Commission électorale centrale allemande a rendu compte des résultats du dépouillement des votes dans toutes les circonscriptions de 299. Au total, six partis ont eu lieu au Bundestag.

Le pourcentage de vote CDU / CSU 33, suivi par le Parti social-démocrate d'Allemagne avec 20,5 pour cent des voix, pour la première fois au Parlement, avec 12,6, le pourcentage de votes a réussi la «Alternative pour l'Allemagne». Une barrière de cinq pour cent a également été surmontée par le Parti démocratique libre libéral (10,7 pour cent), «Gauche» avec 9,2 pour cent, «Vert» avec 8,9 pour cent.

Le nouveau Bundestag a augmenté aux mandats 709. L'Alliance CDU / CSU reçoit des sièges 246 (anciennement 311), 153 SPD (anciennement 193) dans la nouvelle composition. "Alternative for Germany" formera la troisième plus grande faction (chaises 94), le Parti démocratique libre - sièges 80. "Left" obtiendra les informations d'identification 69 au lieu de 64, la faction "Green" sera 67 au lieu de 63.

On s'attend à ce que CDU / CSU, "Green" et les démocrates libres forment la coalition au pouvoir "Jamaïque", car le SPD a déjà déclaré qu'il irait dans l'opposition, et d'autres associations ne pourront pas obtenir une majorité au Parlement.

SPD et CSU perdent leur popularité, "AdG" obtient les votes des Allemands de l'Est

Le parti allié Merkel CSU a remporté les élections au Bundestag en Bavière avec un résultat historiquement faible, gagnant 38,8 pour cent du vote. Une union moins chrétienne-sociale n'a été reçue qu'aux élections de l'année 1949.

La CSU et la CDU sont considérées comme des partis de soeurs chrétiennes: la CSU ne fonctionne que en Bavière, où elle a continué de se développer depuis la création de la RFA, et la CDU, au contraire, participe à des élections dans toutes les régions allemandes, à l'exception de la Bavière.

Le résultat le plus bas dans l'histoire d'après-guerre est le SPD. Dans le même temps, pour le "Vert" et "Gauche", le résultat actuel est le deuxième plus réussi dans leur histoire.

Dans le même temps, «Alternative for Germany» occupait la deuxième place dans toutes les régions de l'ancienne RDA, à l'exception de deux, et en Saxe c'était la première place avec 27 pour cent.

Merkel et Gabriel sont allés au Bundestag

La chancelière allemande et la chef de la CDU, Angela Merkel, ont remporté les élections dans un district d'un seul membre dans le pays de Mecklembourg, gagnant 44 pour cent du vote. Ainsi, elle a reçu beaucoup moins de voix par rapport aux élections précédentes (44 pour cent contre 56). La deuxième place dans ce district a été reçue par le candidat de "Alternatives for Germany" Life-Eric Holm (19,2 pour cent).

Merkel est élue de ce district depuis l'année 1990 et n'a jamais perdu. Les derniers votes (38 pour cent), elle a marqué dans 1998, lorsque la CDU a échoué aux élections fédérales, la plupart (56 pour cent) - dans 2013.

Le président français Emmanuel Macron a déjà félicité Merkel pour sa victoire, disant que Paris continuera à coopérer avec Berlin. "Nous continuerons notre détermination à poursuivre notre coopération, ce qui est essentiel pour l'Europe et pour nos pays", a-t-il écrit sur Twitter.

À son tour, le ministre allemand des Affaires étrangères Zigmar Gabriel, qui a quitté le SPD, a gagné dans le district de Salzgitter-Wolfenbüttel, gagnant 42,8 pour cent du vote. En deuxième lieu, l'Union démocrate chrétienne (CDU) avec 29,1 pour cent.

Coprésident du parti de droite "Alternative for Germany" Frauke Petri a été élue au Bundestag dans une circonscription à siège unique en Saxe avec le résultat de 37,4 pour cent. En deuxième lieu, un candidat de la CDU.

Protestations

Des manifestations contre l'entrée au Bundestag du parti de droite "Alternative for Germany" ont eu lieu dimanche dans les villes allemandes de Berlin, Cologne, Düsseldorf, Francfort-sur-le-Main, Munich et Hambourg.

À Cologne, la manifestation est sortie des gens de 400. A Francfort-sur-le-Main - personnes 300. A Düsseldorf, les gens de 100 se sont rassemblés devant le bâtiment de la Mairie avec la bannière "Ne pas céder au racisme". Environ un millier de personnes, selon un correspondant RIA Novosti, ont pris les rues de Berlin.

Les Allemands de langue russe ont soutenu la "Alternative for Germany"

De nombreux représentants de la population de langue russe d'Allemagne lors des dernières élections législatives ont parlé en faveur de la «Alternative pour l'Allemagne», a déclaré RIA Novosti, membre de la CEC de Russie, Vasily Likhachev, qui supervise les questions de coopération internationale dans le département.

Il a noté que samedi et dimanche il a parlé avec de nombreux représentants de la population russophone d'Allemagne - diverses organisations et associations publiques. "Et ils ont exprimé l'idée de telle sorte que la population de langue russe d'environ cinq millions de personnes est une grande force politique sérieuse, et ils ont appelé leurs préférences, en particulier ceux qui font référence à la population moyenne en Allemagne: ils ont soutenu le nouveau partie "Alternative for Germany", - a déclaré un membre de la CEC.

Les négociations les plus difficiles

Selon l'administrateur général du Centre d'études allemandes de l'Institut d'Europe, l'Académie russe des sciences, Yekaterina Timoshenkova, Angela Merkel restera chancelière d'Allemagne, mais elle et la CDU / CSU seront confrontées aux négociations les plus difficiles sur la formation de la coalition.

"Les précédents n'étaient pas faciles, et ce sera encore plus difficile si le SPD s'oppose à une grande coalition ou à se négocier de bonnes conditions", at-elle déclaré à RIA Novosti.

Timoshenkova a noté que le parti «Alternative for Germany», apparaissant à l'horizon politique, avait confondu les cartes avec toutes les parties, puisqu'il a donné des votes sur lui-même et, en raison de son apparence, la formation d'une coalition était difficile.

Des élections extraordinaires?

En Allemagne, de nouvelles élections législatives extraordinaires ne sont pas exclues, puisque la coalition au pouvoir, qui se profile actuellement, peut s'avérer fragile, affirme le politologue allemand, directeur scientifique du forum germano-allemand Alexander Rahr.

"Je pense que tout va au fait qu'il y aura une coalition de trois partis en Allemagne, la soi-disant" Jamaïque ": les démocrates-chrétiens, les libéraux et les" Verts ". La fonction fonctionnelle au niveau fédéral est très difficile à dire. C'est impossible, mais il n'y a pas d'autre moyen de créer un gouvernement compétent en Allemagne ", a déclaré Rar RIA Novosti.

Source: RIA Novosti

tags: Allemagne, Politique, Élections, Parlement, Merkel, Europe