Allez pour la publicité
«Retour aux nouvelles

nouvelles

23.09.2017 - 21: 29

L'Eurogroupe a l'intention de laisser la Grèce sous la tutelle des créanciers après l'année 2018

La Grèce sera sous la tutelle des créanciers internationaux et après l'achèvement du troisième programme d'aide à 2018, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Daiselblum, a déclaré au journal grec Nea à la veille de sa visite à Athènes.

Daiselblom 25 September tiendra des entretiens avec le ministre grec des Finances Euclid Cacalotos et son adjoint, Jorgos Juliarakis. Maintenant, la Grèce reçoit des prêts dans le cadre du programme de troisième aide d'un montant de 86 milliards d'euros en échange de réformes et de la politique de «resserrement des ceintures». Le programme expire en août 2018 année.

"Dans tous les cas, nous avons mis en place des programmes de surveillance après la fin des programmes de soutien, comme en Irlande, en Espagne et à Chypre, et nous aurons un programme de surveillance en Grèce, surtout s'il y a des prêts à maturité longue", a déclaré Daiselblom. Répondant à la question sur le problème de la réduction de la dette grecque, il a déclaré que selon les décisions prises en mai, cette option sera considérée à la fin du programme, si nécessaire et si le pays remplit les obligations.

Daiselblum a noté que le retrait de la Grèce des mémorandums avec les créanciers en août 2018 est l'objectif commun du gouvernement grec et de ses partenaires européens. "Nous devons veiller à ce que la Grèce soit entièrement préparée pour que son économie entre dans une tendance à la hausse et que la stabilité économique et la confiance soient garanties que le pays deviendra économiquement indépendant", a déclaré Daiselblom.

Le président de l'Eurogroupe a reconnu que l'économie grecque «s'améliore», mais a ajouté que «il est important de garantir des conditions de stabilité politique et économique et de promouvoir des réformes à la fois au cours du programme et après le mois d'août 2018».

Conformément à l'article 14.1 du Règlement 472 / 2013 sur la surveillance financière et budgétaire dans les pays membres de la zone euro, les Etats membres "restent sous tutelle (supervision) après l'achèvement du programme jusqu'à ce qu'ils paient au moins 75% de l'aide financière reçue d'un ou plusieurs autres États membres EFSM, ESM ou EFSF. " Ce montant est actuellement estimé à 176 milliards d'euros. Selon les observateurs, cela signifie que la Grèce restera sous la tutelle des créanciers depuis des décennies.

Source: RIA Novosti

Auteur: Guennadi Melnik

tags: La Grèce, l'UE, l'économie