Allez pour la publicité
«Retour aux nouvelles

nouvelles

25.09.2017 - 09: 38

La première base militaire américaine en Israël

Washington a-t-il changé sa stratégie dans la région?

"Nous avons ouvert, avec nos partenaires américains, la base militaire américaine, qui est la première base militaire américaine en Israël". Avec ces mots, le commandant de l'armée de l'air de l'armée de l'air d'Israël, le général Zvika Haymovits, a annoncé l'ouverture de la première base militaire américaine permanente en Israël après quatre ans qui l'ont laissé pour sa création. Et il a également déclaré: "Le drapeau américain est en train de flotter sur la base militaire américaine, située dans l'une de nos bases".

"Cette étape n'est pas une réponse directe à un incident spécifique ou à une menace potentielle, mais constitue un ensemble de leçons tirées de la guerre dans la bande de Gaza dans 2014 et une analyse des risques futurs", a déclaré Haymowitz.

Création d'une base militaire conjointe américano-israélienne, qui a été annoncé lors d'une réunion du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président américain Donald Trump en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, a soulevé de nombreuses questions sur les motifs de cette étape et le message qu'il transporte. Est-ce que Washington a de nouveau révisé sa politique stratégique au Moyen-Orient?

Que diriez-vous d'une nouvelle base militaire?

La base militaire des États-Unis dans le sud d'Israël a commencé son travail après quatre ans, qui a été créée. Il comprend des unités de défense aérienne américaine pour l'interception de missiles, équipés de moyens techniques avancés dans le domaine de la communication et la dissuasion antimissile.

L'idée de construire une base américaine est le premier de son genre dans les territoires occupés grâce aux efforts de Tel Aviv et de Washington pour éliminer les erreurs associées aux systèmes de confinement et de défense après des allégations selon lesquelles certaines zones israéliennes ces dernières années ont été soumises à des attaques de roquettes du territoire de Gaza, Le Sinaï et la Syrie avec l'aide de l'Iran et du Hezbollah.
De plus, les faiblesses identifiées par l'exercice militaire américano-israélien « Juniper Cobra » dans les années Mars 2016, été l'une des principales motivations pour la construction de cette base, parce que Tel Aviv est déterminé à remplir ses actions dans des scénarios extrêmes. Par conséquent, il a été décidé de créer une plate-forme pour la défense antimissile en coopération avec les États-Unis.

En outre, la base sera directement connectée au système radar protégeant le réacteur nucléaire à Dimona, qui est également utilisé par les États-Unis. Le renforcement des États-Unis en Israël est également indiqué par l'arrivée de 1 Juillet à Haïfa par le porte-avions américain George Bush, qui était ici il y a quelques années 17. À bord du porte-avions était 80 combattant et des hélicoptères, des marins et soldats 5700. Sa présence sur le port israélien a soulevé de nombreuses questions à la lumière de différentes versions concernant la nature de la mission effectuée par le porte-avions.

Pas le premier

La base américaine de défense antimissile en Israël n'est pas la première de son genre dans la région. Les États-Unis ont de nombreuses bases militaires dans presque des pays 130 dans le monde, mais les pays du Moyen-Orient sont prioritaires pour les bases militaires américaines. Voici leur liste.

Arabie Saoudite

Actuellement en Arabie Saoudite, il existe des soldats 500 stationnés à la base militaire américaine. Pendant la guerre contre l'Irak, il faisait partie du quartier général de l'armée de l'air américaine et avait environ cinq mille soldats, et plus de combattants 80 se trouvaient à la base aérienne du prince Sultan à Riyad. Mais dans 2003 à propos de 4,5, des milliers de troupes américaines ont été déplacées d'Arabie Saoudite vers d'autres bases au Qatar.

Qatar

L'Amérique a de nombreuses bases militaires au Qatar, y compris la base avec la plus longue piste dans le monde. La capacité de la base est supérieure à celle des avions 100. Sur son territoire, il y a environ 5 100 militaires américains, des soldats 4500 en provenance d'Arabie Saoudite et 600 du Commandement central des forces armées américaines de la ville de Tampa, en Floride.

La base est le siège des unités 319 d'équipement militaire, qui comprend des bombardiers, des avions de combat et des avions de reconnaissance, ainsi que des réservoirs, des unités de soutien militaire et un grand nombre d'équipements militaires avancés, ce qui en fait le plus important dépôt stratégique d'armes américaines dans la région.

Émirats arabes unis

Les Émirats arabes unis disposent également de bases aériennes américaines et de dépôts militaires utilisés pour le soutien logistique. En outre, les EAU sont deux ports maritimes importants dans le golfe Persique, qui sont contrôlés par les forces américaines, car ils ont une importance stratégique importante pour les grands navires militaires.

Koweit

Au Koweït, il existe une base militaire appelée Camp Doha, qui abrite la division d'infanterie 3 et un certain nombre de forces aériennes avec tous les équipements et armes, y compris les réservoirs M-1A12 et les véhicules de combat M-2A2 , avec des hélicoptères militaires et plus que des combattants 80. Et aussi sur la base, il existe des unités spéciales à déploiement rapide.


Bombardier stratégique américain B-52 "Stratofortress" sur la base aérienne d'Al-Udeid au Qatar

Bahreïn

Dans la capitale de Bahreïn est la cinquième flotte de la marine américaine - l'une des plus grandes flottes américaines au Moyen-Orient, qui comprend le personnel militaire 4200. En outre, sur son territoire est un porte-avions américain, plusieurs sous-marins, destructeurs, plus de combattants 70, des bombardiers, des combattants tactiques et des avions de ravitaillement stationnés sur la base aérienne Sheikh-Is.

Oman

L'Amérique a une base aérienne dans le Sultanat d'Oman, avec des bombardiers B1 et des avions de ravitaillement. Cette base est importante pour Washington en tant que centre de soutien aérien polyvalent.

Jordanie

Dans le Royaume hachémite de Jordanie, il existe deux bases aériennes: Ruwaysid et Wadi al-Marabba. Sur eux, les combattants américains, ainsi que le groupe expéditionnaire naval 22-I.

Egypte

L'Égypte est un atout stratégique important pour les États-Unis, en particulier en ce qui concerne les ports maritimes qui peuvent être utilisés pour déplacer les navires de guerre américains et changer leur emplacement au cours des opérations militaires américaines dans la région. En outre, l'Amérique a une base aérienne à l'ouest du Caire, utilisée par l'US Air Force pour ravitailler des avions et transporter du trafic aérien.

Irak

En Irak, il y a le plus grand nombre de bases militaires américaines de 2003 au présent. Bien qu'il n'y ait pas de registre officiel de ces bases, des experts militaires ont souligné la présence de bases militaires presque 75 américaines dans diverses villes d'Irak, dont la plupart étaient liées au régime de Saddam Hussein et étaient autrefois occupées par des troupes américaines.


Les soldats de l'armée américaine quittent la base militaire en Irak

Voici la question: si les États-Unis ont tant de bases militaires dans la région, quels sont les vrais motifs pour créer une nouvelle base en Israël? Cela signifie-t-il un changement dans la stratégie américaine dans la région?

Croissance de l'influence russe

Au cours des quatre dernières années, la Russie s'est montrée au Moyen-Orient comme l'un des acteurs les plus influents. Surtout grâce à la Syrie, qui a servi à restaurer un rôle militaire clé, comparable à celui de Washington et de l'OTAN en Europe et dans le monde.

l'expansion militaire russe dans le bassin de la Méditerranée orientale, en particulier, inclus dans la stratégie poursuivie par Moscou au cours des dernières années, ce qui se traduit par la création d'une base navale à Tartous et base aérienne « Hmeymim » dans la province de Lattaquié. En outre, il y a des rumeurs concernant la location d'une base navale en Egypte, ce qui inquiète l'administration américaine.

Peut-être le premier motif de créer une base américaine en Israël est-il liée à la propagation de l'influence de la Russie au Moyen-Orient.

Moscou est bien conscient de l'importance stratégique de la région du Moyen-Orient. Malgré la justification de sa présence en Syrie en tant que combattant contre le terrorisme et l'expansion des éléments extrémistes, ses intérêts vont plus loin. Ils sont associés au pétrole et au gaz, une part que Moscou veut avoir d'une part, et avec la protection de ses intérêts nationaux par une présence militaire dans la région, d'autre part.

Dans une interview accordée à Ash-Sharq Al-Awsat, le politologue russe et ancien diplomate Vyacheslav Matuzov a déclaré ses doutes sur les tentatives de Moscou de promouvoir son idéologie par l'expansion dans la Méditerranée orientale, en disant: "La priorité de la Russie est de protéger sa sécurité nationale". Il a noté que le Moyen-Orient est «la première ligne de défense de Moscou».

"Dans 1990, la Russie a rencontré des extrémistes en Tchétchénie. Aujourd'hui, IGIL et Al-Qaïda tentent d'étendre leur influence dans des zones proches de la Russie. Nous voyons que ces organisations sont destinées à l'Europe et à la Turquie, et elles représentent une menace, donc la Russie est forcée de s'intéresser à la lutte contre le terrorisme international ", a expliqué Matuzov pour défendre la présence de son pays dans la région.

L'inquiétude américaine

Peut-être le premier motif pour la création de la base américaine en Israël est-il lié au renforcement de l'influence de la Russie au Moyen-Orient, ce qui est préoccupant. Cette préoccupation peut être exacerbée par l'expansion de l'influence de l'Iran et de son unité militaire du Hezbollah à la fois en Syrie et au Yémen, ce qui est un mal de tête pour le gouvernement de Donald Trump, d'une part, et Binyamin Netanyahu de l'autre.

Peut-être cette préoccupation a-t-elle poussé l'administration américaine à reconsidérer sa stratégie régionale au Moyen-Orient et à réfléchir aux déclarations que les États-Unis retirent complètement de la région, ce qui a été signalé sous le règne de Barack Obama.
Une caractéristique de la nouvelle stratégie américaine au Moyen-Orient contre l'influence russo-iranienne est la nomination du général Herbert Raymond McMaster en tant que conseiller à la sécurité nationale du président américain, qui a remplacé Michael Flynn, qui a démissionné après avoir été accusé d'avoir des liens avec Moscou.

Le choix de McMaster pour cette publication a plusieurs raisons. Il est l'un des pragmatistes de la politique étrangère et s'oppose à l'expansion de la Russie et de l'Iran en Europe et au Moyen-Orient. Il a travaillé pendant deux ans sur la stratégie du Département de la défense des États-Unis sur la lutte contre les forces terrestres russes et les ambitions en Europe de l'Est et a passé quelque temps en Ukraine dans ce but.

McMaster n'est pas contre les alliés des États-Unis dans les forces armées du Moyen-Orient pour lutter contre les organisations terroristes et contre les ambitions de la Russie, de l'Iran et de la Chine dans la région qui ont déjà mis en garde contre leurs ambitions visant à «former un carrefour géopolitique contre les intérêts américains». McMaster a déclaré: "Ils volent la terre, terrorisent les alliés, utilisent des armées mandataires et d'autres forces pour contester le système politique international après la Seconde Guerre mondiale"

Malgré la proximité du président américain Donald Trump à Moscou et son président Vladimiru Putinų, comme en témoigne ses déclarations au cours de la campagne électorale, les intérêts fondamentaux de l'Amérique sont déterminées par d'autres autorités, qui ont une opinion différente sur le leadership du pays sur un certain nombre de positions. Cela inclut, entre autres, l'expulsion d'un certain nombre de diplomates russes des États-Unis et la coercition du drogue Trump Michael Flynn pour démissionner en tant que conseiller en sécurité nationale des États-Unis en raison de ses relations avec la Russie. Le président américain lui-même est obligé de travailler avec eux pour lutter contre l'expansion de la Russie au Moyen-Orient.

Défense de la sécurité nationale israélienne

La présence militaire des États-Unis et la stratégie changeante de la Maison Blanche dans la région concernent principalement la sécurité nationale d'Israël, en particulier si les intérêts des deux pays convergent.

D'une part, l'Amérique est préoccupée par la croissance de l'influence russe-iranienne en Syrie, ainsi que par l'entrée de la Turquie dans la lutte pour l'influence et le renforcement du contrôle sur certaines régions du nord du pays et, d'autre part, s'inquiète d'Israël, surtout après que l'Iran ait menacé de lancer des missiles à Tel-Aviv .

Israël essaie d'assurer la sécurité de sa situation, ce qui explique les accusations de Damas dans un certain nombre de raids aériens sur les positions des forces du régime syrien en septembre, au cours desquelles deux personnes ont été tuées spécialisées dans la recherche chimique.

28 Août 2017, Premier ministre d'Israël, Binyamin Netanyahu a accusé l'Iran de construire des installations en Syrie et au Liban, qui servira de plate-forme pour le lancement de missiles guidés de haute précision à Tel-Aviv. Cela l'a incité à préempter la menace et à faire une série de frappes aériennes contre les cibles syriennes seulement un mois après les déclarations.

Nouvelle stratégie

La nouvelle base américaine en Israël, qui est la seule base étrangère, situé dans les territoires occupés, presque n'a pas révélé les caractéristiques de la nouvelle stratégie adoptée par Washington dans la période à venir et imposées aux développements récents dans la région, ce qui a considérablement changé la carte politique et le système d'alliances.

Les États-Unis s'efforcent d'un équilibre stratégique pour maintenir leur sécurité nationale grâce à une présence militaire dans cette région troublée qui pourrait être nécessaire à l'avenir. Cela les oblige à contrôler le territoire et à ne pas quitter l'arène vide pour leurs adversaires russes et iraniens.

Les mesures adoptées par Moscou et Téhéran dans la région ces dernières années, soit par la Syrie, soit par le Yémen, inquiètent Tel Aviv - le premier allié de Washington dans la région, préoccupé par cette expansion, ainsi que par les crises récentes, en particulier le problème du Kurdistan irakien. La principale motivation pour l'Amérique est de maintenir sa présence près de la Syrie, de la Jordanie et du port d'Aqaba et la création de nouvelles bases militaires, en commençant par les territoires occupés.

Source: ИноСМИ

Auteur: Imad Anan (Imad Anan, NoonPost, Egypte)

tags: