Allez pour la publicité
Chypre
Athènes
Moscou
Kiev
Minsk
Riga
Londres
Hong-Kong
Réflexions sur la vie "

Ciel

Et nous aimons regarder le ciel. Pure, sans nuages ​​ou avec des nuages, des figures apparentes de nos fantasmes. A l'aube, quand le ciel commence à nous montrer toutes ses couleurs et ses nuances. Aux couchers de soleil, qui pour une raison encore plus brillante avec leurs couleurs. D'une façon ou d'une autre ... Comme un éclair de lumière mourante, hurlant, regarde comme je suis belle! Regardez le ciel nocturne, rempli de petites étincelles d'étoiles - le grand dôme est bien au-dessus de votre tête. Le ciel nocturne est si énorme qu'il ne peut pas entrer dans nos yeux. Nous aimons regarder le ciel.

C'est la seule occupation, une action qui ne cause pas de tristesse. Ce qui ne cause pas la colère et les mauvaises pensées. Le sentiment de présence à côté de quelque chose d'énorme et immense regard, pensées et raison. Et plus vous regardez le ciel, plus vous vous dissolvez, vous devenez une partie de ce miracle sans fin.

Le ciel ne pleure pas, mais ne plaît pas. C'est quelque chose de complètement différent. Quelque chose d'inexprimé apparaît dans les pensées, quelque chose d'inachevé dans les actes et les actes. L'état entre rêve et réalité, entre vécu et inconnu. Devant vos yeux est quelque chose que vous n'avez jamais connu et que les fantasmes seulement remuent votre esprit et vos pensées quelque part, haut et loin de vous. Qui reviennent alors, apportant un secret, et l'inconnu.

Et il y aura une tristesse facile. Cette lumière qui est absolument imperceptible, le toucher éphémère des larmes célestes touchera votre âme. Libérer vous dans le monde réel des rêves et des fantasmes de l'esprit, qui a fait dans le ciel et heureux, il est fonction du véhicule. Pensées, qui y ont vécu pendant un certain temps, jusqu'à ce que vous avez regardé le ciel. Pendant que vous viviez là ...

Nous aimons regarder le ciel.

Parce que vivent nos fantasmes, nos pensées et nos rêves inassouvis. Il vit tout le plus pur que nous ne pouvions pas nous permettre sur la terre ...

Ciel

« RÉFLEXIONS » Grand-père Guo

Source: CypLIVE