Aujourd'hui: Janvier 18 2019
Russe English Grecque letton Français Allemand Chinois simplifié) Arabic hébreu

Tout ce que vous voulez savoir sur Chypre sur notre site web Cyplive.com
la ressource la plus informative sur Chypre dans la runette
L'UE sera-t-elle capable de résister à la pression des États-Unis?

L'UE sera-t-elle capable de résister à la pression des États-Unis?

17 mai 2018 LJ cover – Сможет ли Евросоюз устоять под напором США
tags: UE, Politique, Europe, États-Unis, Iran, Analytics, Relations internationales, Trump

L'Europe a décidé de défendre son indépendance - elle ne révisera pas l'accord avec l'Iran et ne respectera pas les sanctions américaines. La rupture de Washington avec l'accord iranien a été la goutte d'eau qui a rempli la tasse de patience de l'Union européenne. Il n'y a vraiment nulle part où se retirer de l'UE - une plus grande subordination à la dictature atlantique rendra tout projet européen vide de sens. May 2018 sera-t-il le tournant, l'heure du début de la scission de l'Occident?

Собравшиеся сегодня в Софии лидеры европейских стран и руководители Евросоюза формально должны были обсуждать вопросы отношений с балканскими странами-кандидатами на вступление в ЕС. Но как можно говорить о расширении ЕС, если он не справляется со своей главной функцией – защите интересов европейцев? Именно поэтому вряд ли на неформальном ужине в болгарской столице речь шла о чем-то еще, кроме отношений с США – Европа стоит на пороге не просто торговой войны, а геополитического конфликта со своим... А вот кем?

Le partenaire senior, allié, suzerain, concurrent? En termes géopolitiques, les États-Unis pour le Vieux Monde sont sans équivoque supérieurs - dans le cadre d'un seul Occident et de l'OTAN, ce sont les atlantistes américains qui sont les aînés. Après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis, à travers diverses formes de contrôle, ont envoyé l'Allemagne et l'Italie, la France et d'autres pays d'Europe occidentale puis d'Europe de l'Est. Leur partenaire dans le contrôle de l'Europe était la Grande-Bretagne - et quelles que soient les différences entre les deux rives de l'Atlantique, l'Europe, même si elle prenait la forme de l'Union européenne, restait dans son ensemble un esclave.

Да, по мере того как интеграционный проект в Европе набирал силу, у континентальных европейцев росло желание стать более самостоятельными – но англосаксы всегда держали ситуацию под контролем. Подлинная независимость Германии и тем более ее сближение с Россией однозначно противоречили интересам атлантистов – и несколько лет назад, под благовидным предлогом «русской угрозы» Европу склонили к антироссийским санкциям. «Украина была уже ваша, а Путин не дал вам забрать ее под крыло ЕС» - примерно так разводили жадных европейских политиков на начало геополитического конфликта с Россией.

Cependant, la plupart des classes politiques européennes ont compris que l'UE bénéficiait de liens étroits avec la Russie - et bien qu'elle ait accepté d'étendre les sanctions, elle cherchait toujours une occasion de mettre fin à la confrontation avec Moscou. Récemment, afin de maintenir l'atmosphère russophobique, les Anglo-Saxons ont même dû organiser une provocation avec les Fiddles - afin de maintenir la tension entre la Russie et l'Europe de ce côté.

Il semble que dans les mois à venir tout se passera comme prévu - l'Europe attendra ce qui sera la fin de la lutte de pouvoir aux Etats-Unis, et essayera de s'adapter à la fois à Trump et à l'élite atlantique adverse. Cependant, les actions récentes de Washington ont soulevé la question par le bord.

Maintenant, l'Europe ne peut tout simplement pas céder aux exigences américaines - elle risque de perdre complètement la face.

Разрыв иранской сделки был нужен Трампу исходя во многом из внутриполитических соображений – но давить при этом он собирался в первую очередь на европейцев. По его планам, они должны были в конечном итоге согласиться присоединится к США и вместе с ними принудить Иран заключить новое соглашение – которое Трамп смог бы «продать» в Америке как свою серьезную победу. Позиция России и Китая, которые в любом случае были бы против пересмотра сделки, особенно в расчет Трампом не принималась - видимо, вдохновленный мнимым успехом своего корейского наступления (в котором Пекин и Пхеньян создали для него иллюзию прорыва), президент США решил, что и тут все сработает. Чтобы сделать ЕС сговорчивей, ему пригрозили санкциями. Но Старый Свет уперся не на шутку – и решил сохранить и сделку, и отношения с Ираном.

Et maintenant les conséquences de la pression américaine sur l'Europe sur l'accord iranien iront bien au-delà d'un malentendu ordinaire entre les alliés.

"En regardant les dernières décisions de Donald Trump, quelqu'un peut dire: avec de tels amis, les ennemis ne sont pas nécessaires. Mais, franchement, l'UE devrait être reconnaissante. Grâce à lui, nous nous sommes débarrassés de toutes les illusions, - Ainsi a déclaré mercredi le président du Conseil européen, à savoir, le président de l'Europe unie, Donald Tusk.

Le chef du gouvernement d'une Europe unie, Jean-Claude Juncker, a également la semaine dernière que l'UE devrait assumer un rôle de leadership mondial - parce que la décision de Trump pour briser l'accord de l'Iran signifie que le plan des États-Unis à ne coopérer plus « avec d'autres Etats et se détourner des relations amicales "avec une telle fureur", ce qui ne peut que surprendre. Et les pays européens ne doivent pas seulement enregistrer un accord avec l'Iran - « Nous devons remplacer les Etats-Unis comme une entité internationale qui ne sont plus valables, et donc leur influence sur le long terme. »

En d'autres termes, il s'avère que l'Europe n'est pas seulement prête à assumer la responsabilité de son propre avenir - comme Angela Merkel le dit déjà cette année - et à prendre soin de sa propre sécurité. Mais nous sommes prêts à remplacer les États-Unis en tant que leader mondial - nous n'avons pas mal interprété?

Non - parce qu'ils ont commencé à en parler en Europe immédiatement après la victoire de Donald Trump aux élections il y a plus d'un an et demi. Même alors, il était clair que Trump voulait que l'Amérique prenne soin de lui-même, et non la construction d'un seul monde atlantique - et pour remplir le porte-monnaie américain, elle ébranlera tous les partenaires, ennemis et alliés. Les Européens, habitués au fait que leur souveraineté est limitée en matière de guerre et de paix, entendirent soudainement qu'ils devaient payer pour la protection américaine - parce que l'Amérique n'a pas besoin de Trump.

Ouest uniforme a craqué - et bien que les élites de l'Atlantique des deux côtés de l'océan en espérant que Trump est juste un mauvais rêve, et tout 2020-m va revenir à la normale, mais en réalité aucune chance de revenir à l'unité de l'Occident n'est pas. Amérique modifiera sa politique étrangère dans le but de « vous faire un grand nouveau, » indépendamment du fait que le pouvoir Trump ou non - parce que l'élite rompu et orientation nationale hégémoniques autorités américaines ont intercepté les acteurs du policier mondial.

Qu'est-ce qui reste atlantists? Vous pouvez soit le supporter, soit essayer de déplacer le centre de gravité du monde occidental vers l'Europe. En tant que temporaire (jusqu'à la reprise du pouvoir à Washington) ou en tant que mesure permanente. Mais y a-t-il du personnel européen capable de porter la montre du chef? Essayé Merkel - ne tire pas, et il est dangereux, tout de même l'Allemagne, tout à coup venir dans le goût, et le prochain chancelier ne sera plus apprivoisé? Tusk et Junker? Macron? Ce n'est pas ça. Par conséquent, il n'y a pas de solution - et sur cette toile de fond, les relations au sein de l'Occident se transforment en ce que Trump a voulu: en la lutte entre les États nationaux.

И это вызывает протест и Евросоюза – как пусть и недоделанного, но единого государства – и отдельных европейских государств. Трамп видит в ЕС конкурента Америке – и хочет ослабить его. В иранском эпизоде важно даже не то, что речь идет про Иран – на который у Германии и Франции есть большие экономические планы – а то, что Европе просто приказывают забыть о защите своих интересов. Причем под абсолютно надуманным предлогом – в отличие от введения антироссийских санкций, для разрыва иранской сделки нет вообще никаких, даже формальных поводов.

Согласится с этим Европа не может – это стало бы самоубийством для Евросоюза как такового. Как пишет обозреватель Le Figaro Рено Жирар, "Avec l'apparition d'un tel dictat américain inouï, les Européens pourront-ils retrouver leur indépendance? Ce test est la vérité pour l'aspect politique de l'UE. Si l'Union européenne se soumet à Trump, il perdra toute raison d'être. "

Et en parlant à ce sujet est non seulement ceux qui, ces dernières années, l'Europe a rappelé que la soumission à la pression américaine et de maintenir les sanctions anti-russes, il se fait mal - non, maintenant c'est un fervent partisan de la ligne dure envers Moscou, atlantistes série.

"Ce n'est rien de plus qu'un coup massif à la souveraineté des pays européens et de l'Union européenne. Ils ont perdu le droit de prendre des décisions au sujet de leurs politiques et de leurs actions en rapport avec les dictats grossiers d'un autre - et en quelque sorte aussi amical - du pays. Ceci est totalement inacceptable du point de vue européen et contredit les sermons de Trump lui-même. Cela condamne l'Europe à observer et à mettre en œuvre une politique avec laquelle elle est profondément en désaccord " - comme l'écrit l'ancien Premier ministre suédois Carl Bildt dans le Washington Post.

Европа не может подчиниться давлению США – но отвергая его, она не может в реальности ни идти на разрыв с ними, ни тем более претендовать на мировое лидерство. Она просто хочет большей самостоятельности – что и так очень много в нынешней ситуации. Для этого Европе нужно сформировать более выгодный ей баланс сил и интересов – и в поиске его элементов она, естественно, обращает взоры в сторону Москвы.

Par pure coïncidence, au cours de la semaine prochaine visitera la tête russe de la moitié des pays les plus forts dans le monde - l'Allemagne, la France, le Japon et l'Inde. Au départ, Angela Merkel et Emmanuel Macron va parler avec Vladimir Poutine sur divers sujets - sur la Syrie, le commerce, l'Ukraine ... Mais maintenant, tout va tourner autour du mot « Iran » - ce qui signifie pas un pays et non un accord. Et le choix que l'Europe fait sous nos yeux.

Peter Akopov
REGARDEZ
GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!