Aujourd'hui: Novembre 17 2018
Russe English Grecque letton Français Allemand Chinois simplifié) Arabic hébreu

Tout ce que vous voulez savoir sur Chypre sur notre site web Cyplive.com
la ressource la plus informative sur Chypre dans la runette
L'expansion de l'OTAN a trébuché sur la fierté nationale des Macédoniens

L'expansion de l'OTAN a trébuché sur la fierté nationale des Macédoniens

14 2018 Juin LJ cover – Расширение НАТО споткнулось о национальную гордость македонцев
tags: Macédoine, Grèce, OTAN, Europe, Politique, Analytique, Les Balkans, Histoire

Le président de Macédoine a fait appel à la nation et a annoncé le refus de signer un traité avec la Grèce pour renommer son pays. Cela peut paraître ridicule, mais cela signifie beaucoup. Premièrement, le plan d'accélération du retrait de la Macédoine dans l'OTAN est vaincu. Deuxièmement, un clic très douloureux sur le nez a été donné aux Américains, dont le rôle dans le conflit des Macédoniens et des Grecs est tout simplement dégoûtant.

Во вторник весь мир облетела весьма оригинальная новость: Македония меняет свое название ради вступления в ЕС и НАТО. Премьер-министр страны Зоран Заев сообщил гражданам, что достиг со своим греческим коллегой Алексисом Ципрасом принципиального соглашения на этот счет. Когда правительства двух стран подпишут договор, который ратифицируют парламенты, а македонские граждане утвердят на референдуме, Македонию переименуют в Республику Северная Македония, в том числе «в повсеместном употреблении» и в «национальных документах» (а это, например, конституция).

Внезапно весь этот график полетел к чертям, до референдума дело, похоже, не дойдет, а все планы по ускоренному вступлению Македонии в НАТО по черногорскому сценарию превратились в тыкву.

Mercredi, le Premier ministre macédonien au sein du ministère des Affaires étrangères de la tête était le président du pays pour informer officiellement sur l'accord avec les Grecs. Comme l'a rapporté le cabinet du chef de l'Etat, la réunion a duré deux minutes. Georges Ivanov les a effectivement expulsés. Et dans son adresse à la nation a déclaré:

"Un tel traité dommageable, unique dans l'histoire de l'humanité, est inapte pour moi et inacceptable. Avec cela, la constitution, les lois sont violées, les institutions de l'Etat sont détruites. Je ne légaliserai pas l'initiative politique ".

Sous l'amateur compris ici pas un choix personnel première Zaeva des trois proposé son nom ( « Nouvelle Macédoine », « Macédoine du Nord » et « Haute Macédoine »), et le rejet de l'identité macédonienne dans l'intérêt de se joindre à l'UE et l'OTAN.

Теперь страну ждет правительственный кризис. По идее Заев должен подать в отставку, за которой маячат новые парламентские выборы, что в нынешней Македонии означает автоматическое возобновление уличного противостояния.

Le différend entre Athènes et Skopje autour du nom de la Macédoine est peut-être le plus surréaliste en Europe. Il vaut la peine de s'interroger sur les partisans du déterminisme économique: dans le conflit gréco-macédonien, il n'y a pas un seul gramme de l'économie et pas une goutte de pétrole. Mais il y a des choses plus chères que l'argent.

L'Empire d'une Cave à Poudre

Вардарская Македония, то есть ущелье реки Вардар с единственным относительно крупным городом – Скопье (турецкий Ускуп) и несколькими соседними ущельями, попала в состав Сербии по результатам Второй Балканской войны начала ХХ века. Недовольная результатами Первой Балканской войны Болгария тогда переоценила свои силы и практически в одиночку напала на всех вокруг нее. В итоге она потеряла больше, чем хотела прибрести, а Вардарская Македония закрепилась в составе т. н. Первой Югославии – Королевства сербов, хорватов и словенцев. При этом южная часть исторической области Македония со столицей в Салониках осталась за Грецией. Турок и евреев (денме) в этом городе тогда жило заметно больше, чем греков, но взаимные этнические чистки греко-турецкой войны 1920-х годов подправили демографию Салоник.

Après la Seconde Guerre mondiale dans les Balkans a commencé un match difficile à relever les taux. Tito voulait créer un empire sur toute la péninsule, et à cette fin, sans prétention copié des passages obsolètes de l'Union soviétique de la part des OPA hostiles. En particulier, avant la guerre d'hiver comme une partie de l'URSS, il a été créé République de Carélie-finlandaise comme base pour absorber toute la Finlande. Lorsque cet objectif bas-fonds KFSSR a été « rétrogradé dans le rang » à l'autonomie au sein de la RSFSR, mais son chef permanent Otto Kuusinen avait jamais quitté le haut nomenklatura (au cas où). De même, Tito a créé la province autonome du Kosovo et Metohija, se référant à l'absorption de l'ensemble de l'Albanie, et la République de Macédoine en tant que partie de la Yougoslavie, se référant à l'absorption de la Bulgarie et même la Grèce, qui était à l'époque une guerre civile brutale.

Je dois dire que dans 1945-1949 Tito a revendiqué les terres de tous les pays environnants sans exception. La base formelle était que la Bulgarie, l'Italie, la Roumanie et la Hongrie entourant la Yougoslavie étaient membres de la coalition hitlérienne. Ainsi, en Italie, Belgrade revendique Trieste et une partie de la province de Venise-Giulia. L'affaire est presque venue à la bataille ouverte avec les troupes britanniques, australiennes et néo-zélandaises, transférées à la hâte à Venise.

Puis vint le tour de la Hongrie et la Roumanie, les Hongrois sont moins fortunés de tous, parce qu'ils ont résisté à la dernière et a raté le moment où la guerre pouvait sortir sans conséquences graves. Si les Roumains connaissent rapidement rendus, ils ont été considérés comme le pays gagnant et à l'égard des territoires acquis même quelque chose, les Hongrois avec leur fierté nationale uporotyh perdu pour toujours la Transylvanie et étaient sur le point d'avoir à perdre Szeged et Pécs. délégation yougoslave a déclaré: « Comité Litvinov » (think tank expert au ministère des Affaires étrangères soviétique, intelligemment et avec compétence à faire des plans pour plus de réinstallation de l'Europe de l'Est) qui vivent sans ces villes ne peuvent pas, comme les aciéries y ont été préservés.

Par la suite, l'appétit de Belgrade s'est étendu à toutes les terres du Danube hongrois qui, comme à Pec, ne possédaient pas de population slave. Pour confirmer ces allégations dans le cadre de la Serbie est même apparu province autonome de Voïvodine, avec sa capitale à Novi Sad, qui comprenait la terre au nord de Belgrade, peuplée principalement par des Hongrois.

La même astuce Tito répété dans le sud du pays, la création du territoire de la République de Macédoine Vardar Banovina et proclamant l'existence il d'une nouvelle nation slave - les Macédoniens. Macédoniens parlaient une langue slave, que de nombreux chercheurs ont considéré un dialecte des années bulgares et 1941-1944 lorsque Vardar Région était occupée par la Bulgarie, ont été soumis à une bolgarizatsii violente - nouvelle puissance a éliminé les différences dialectales et défendaient la notion même de « Macédoine ». En réponse à la guerre de guérilla ont commencé, et à la fin de la guerre, les Bulgares ont déclaré Etat indépendant de Macédoine sur les modèles croates et slovaques, a duré seulement quelques mois.

Les ambitions de la Yougoslavie sur les zones italiennes et autrichiennes ont menacé de provoquer une autre guerre majeure et Moscou en possession exclusive encore des armes nucléaires des États-Unis exigées par Tito frais. Après beaucoup de persuasion et des cris de Belgrade a retiré ses troupes, mais la première fois en colère avec l'URSS. Le conseil, cependant, était son excuse pour l'infraction: si le ministère soviétique des Affaires étrangères a demandé à Moscou de transférer le mandat de la Libye en tant que première partie de l'Italie, et Tito pour son escapade vénitienne tiré en fait ces plans.

Jusqu'à un certain moment, Staline a encouragé les ambitions de Tito,

mais seulement dans le territoire où il était possible de disposer, sans toucher à la position des Britanniques. En août, 1947, Tito et le Premier ministre bulgare, Georgy Dimitrov, ont convenu que la Bulgarie, Vardar Macedonia et, à terme, la Macédoine grecque, feraient partie de la soi-disant Fédération des Balkans. Alors Moscou espérait encore gagner la guerre civile grecque et transférer tous les Balkans sous le contrôle de Tito, créant un gigantesque état d'orientation pro-soviétique. À son tour, Belgrade a refusé des revendications irréalistes à la Roumanie, la Hongrie et l'Italie.

L'une des raisons de l'effondrement des relations soviéto-yougoslaves dans 1949 était le conflit entre Belgrade et Sofia et les funérailles ultérieures des plans pour créer la Fédération des Balkans. Mais "pour l'avenir" dans la RSFY restait la République Socialiste de Macédoine avec les Macédoniens comme une nationalité officiellement enregistrée.

Antiquité du type "remake"

Après l'effondrement de la Yougoslavie dans 1991, les Bulgares les premiers à reconnaître l'indépendance de la Macédoine, et les Grecs immédiatement soulevé la question sur le nom du nouveau pays. Leur réaction a été si soudaine et violente que même les Nations Unies, adoptée en 1993 la Macédoine dans sa composition sous le nom étrange de l'ancienne République yougoslave de Macédoine - est sans précédent. Et si les principes de l'auberge avec la Bulgarie ont été années identifié mémorandum de 1999 (Sofia a rejeté les revendications sur la Macédoine et confirme l'identité de la langue macédonienne), les Grecs ont commencé à anti-hérisson de la manière de Skopje dans l'UE et l'OTAN. Si l'ARYM Athènes était prête à se réconcilier temporairement, alors avec l'identité macédonienne en dehors du contexte grec - jamais.

Selon toutes les lois du genre en Macédoine, une réaction de réaction a commencé. Depuis 2010 ans sous le premier ministre Nikola Gruevski a été adoptée dans le développement de ce qu'on appelle projet « Skopje 2014 », dont l'essence était « antikvizatsiya » du pays. On croit que Gruevski voulait ainsi augmenter l'attractivité touristique du pays (dans l'autre sens pour le développement économique du pays ne suffit pas), mais « antikvizatsiya » a été interprété littéralement. Selon cette théorie, les Macédoniens modernes jamais les Slaves et les descendants directs de l'ancien temps les Macédoniens de Philippe et Alexandre, qui a pris l'Orthodoxie et a parlé dans une version simplifiée bulgare. Mais pour les Bulgares eux-mêmes, ces "descendants de la tribu Tatar", les Macédoniens ne se considèrent pas de manière démonstrative.

Sur la place de Macédoine, à Skopje, un monument énorme à Alexandre le Grand a été mis et nommé par l'aéroport. A proximité, un monument au père et le commandant - l'empereur Philippe II, ainsi que le Musée de la Lutte macédonienne, l'Opéra de Macédoine, Arc de Triomphe « Macédoine », le Théâtre National, le pont sur le Vardar et beaucoup de monuments à diverses figures de la Grèce antique. Tout cela a été dépensé plus de 200 millions d'euros. La plupart des statues et des statues sont même perçues par beaucoup de Macédoniens comme kitsch. Cependant, le flux de touristes a vraiment augmenté.

Pendant tout ce temps Athènes était en hystérie. Chaque nouveau monument à Alexandre le Grand sur le territoire des voisins ont appelé l'humeur de mobilisation en Grèce, et à un moment donné, il semblait que bientôt les Grecs et les troupes ont fait introduire démolir tout ce remake. Toute connexion entre les Macédoniens modernes et la culture ancienne a catégoriquement nié, et en termes politiques, a affirmé que l'existence de la République de Macédoine pourrait entraîner des demandes sur la province grecque de Macédoine, mais il est, bien sûr, fait écho à des craintes 1940-1950-s: Skopje à Thessalonique ne vise pas et jamais revendiqué.

Сохранение своего названия и так называемой македонской идентичности стало сверхидеей не с целью оторвать что-нибудь от Греции и получить выход к морю. Бедной двухмиллионной стране было не до экспансии: ее славянское население все больше втягивалось в противостояние с врагом куда более опасным, чем шумные греки: с албанцами.

В 2001 году, после событий вокруг Тетовского ущелья, последовал новый всплеск македонского национализма.

La population slave s'est ralliée autour du nom du pays et de l'auto-désignation de la nation par opposition à l'expansion albanaise.

В то же время дипломатический тупик напрочь закрыл Скопье дорогу в ЕС и НАТО. Не все считали это проблемой: еще в прошлом году прозападный курс был всего лишь «идеей, которая витает в воздухе» и встречает серьезное противодействие со стороны части населения и партий, ориентированных на Сербию. Но с приходом к власти Социал-демократического союза Зорана Заева ориентация Скопье резко изменилась. Заев никогда не скрывал свою прозападную ориентацию и тесные связи с американским посольством в Скопье, которое неформально называют «настоящим правительством Македонии». При новом премьере влияние США на жизнь македонцев быстро вышло за грани разумного.

Amérique d'abord

Même pendant la campagne électorale, Zaev a déclaré qu'il chercherait à entrer dans l'UE et l'OTAN par tous les moyens possibles. Tout d'abord, il a changé le nom de l'aéroport de Skopje à quelque chose de neutre, le nom d'Alexandre le Grand a perdu la seule ligne de voiture stratégique - de Skopje à Thessalonique. Quand les Grecs ont compris les intentions de Zaev, des consultations fermées ont commencé au niveau des chefs des ministères des affaires étrangères.

Переговоры проходили в атмосфере секретности: македонское общество не отказывается от стратегического курса на ЕС и НАТО, но не за счет унижения и потери идентичности. За этим процессом с нескрываемым злорадством наблюдала албанская Армия национального освобождения, а американское посольство в приказном порядке пыталось внедрить во властных структурах страны национально-пропорциональный принцип, по которому албанцы получат квоту в парламенте и правительстве, включающую пост министра обороны (на него претендует Али Ахмети – бывший командир АНО с позывным «Абаз Джука»). В перспективе это может означать распад Македонии и создание еще одного албанского государства.

Греция наставала на полном изъятии слов «Македония» и «македонец» из славянского языка. Представители Скопье в ответ объяснили, что пойти на это не могут, ссылаясь на главный фактор – албанцев. Внезапно греки стали понимающе кивать, поскольку у них тоже есть проблемная провинция Эпир с албанским населением, они уже утомились строить в Янине, Ларисе и Кастории новые тюрьмы для трудолюбивого албанского народа. Как говорилось в «Касабланке», подобные угрозы могут стать началом великой дружбы, тем более что Южный Эпир чуть ли не официально включен в расширенную программу создания Великой Албании, а на первом этапе – нескольких мелких албанских государств.

Le résultat des négociations a été le document 20-page, qui n'est en fait satisfait par aucune des deux parties. A Athènes, l'opposition s'est brusquement opposée au traité avec la Macédoine, l'appelant «accord de guerre». ("Cela n'est nécessaire que pour l'entrée de Skopje dans l'OTAN". Nous avons besoin d'un accord sur la paix, la sécurité et la coopération ", a déclaré Panayotis Lafazanis, ancien ministre de l'énergie et un des leaders de l'opposition). En Macédoine même, changer le nom constitutionnel du pays peut provoquer une réaction complètement imprévisible. A en juger par la réaction du président Ivanov, il a déjà causé.

Selon des sources grecques, la Macédoine sous contrat non seulement changé son nom, mais renonce également à toute réclamation à l'antiquité et la culture grecque antique, et les termes « macédonien » et « macédonien » sera complétée par quelques définitions (le plus probable, l'adjectif « slave ») .

Zaev a souligné que l'auto-identité du peuple macédonien ne seront pas lésés, mais de la foi pour y lui: les gens de vingt ans a expliqué qu'ils étaient les descendants des anciens Grecs, et maintenant il est tout au sujet de la nécessité d'oublier et d'abandonner son essence. Aucun pays n'a changé si radicalement son paradigme historique pour l'entrée en blocs régionaux, et a dit M. Ivanov. La réaction du président a démontré que cette question est beaucoup plus émotionnel qu'il semble de Washington et Bruxelles. Les Albanais, par exemple, croient sincèrement qu'ils sont les descendants de l'ancienne Ilir, qui est la seule population indigène des Balkans, et ne peut donc revendiquer la péninsule, peu importe ce qu'ils pensent les Américains.

Abandonner leur origine, même si elle est basée sur des preuves éphémères, c'est trahir une patrie.

Les seuls gâteaux dans ces conditions soutiennent la Grèce décision d'ouvrir des négociations d'adhésion est déjà la Macédoine du Nord dans l'UE et d'envoyer une invitation à rejoindre l'OTAN à Skopje sommet de l'alliance. Mais même ainsi, des manifestations de protestation ont balayé la Grèce, la plus bruyante ayant eu lieu à Pella, berceau historique d'Alexandre le Grand.

Il vaut la peine de souligner à nouveau: toute cette fantasmagorie aurait été impossible sans une pression sans précédent de la part des Américains. A la veille de l'ambassadeur des États-Unis à Athènes Geoffrey R. Pyatt, bien que nous avons tous connu pour son travail à Kiev, dans une interview à la chaîne de télévision grecque Skai TV dit que si aucune solution sur le nom de Macédoine ne sera pas trouvée, il aura un « conséquences géopolitiques ». Dans la bouche de Piette, c'est une menace évidente.

Et il est à blâmer pour tout, de son point de vue, bien sûr, la Russie.

«Мы видели злонамеренное влияние России в особо грубой форме в октябре 2016 года, когда была попытка переворота в Черногории, где были все отпечатки российского следа. И это заметно и по всему региону, – сказал посол. – Растет желание Кремля устроить сумятицу на предмет [геополитической] ориентации стран региона, как и всего процесса реформ и евроатлантического курса, который избрали граждане этих стран». Примерно в этом же духе высказался и комитет по международным делам палаты лордов британского парламента.

Que cette menace est due à la ruée de changer le nom et l'humiliation, ce qui devrait tester l'ensemble de Macédoine Skopje et (maintenant, apparemment, « slave macédonien ») personnes. Qu'est-ce que les cookies sont promis les Grecs - il est pas si important.

Eugene Krutikov
REGARDEZ
GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!