Aujourd'hui: Novembre 16 2018
Russe English Grecque letton Français Allemand Chinois simplifié) Arabic hébreu

Tout ce que vous voulez savoir sur Chypre sur notre site web Cyplive.com
la ressource la plus informative sur Chypre dans la runette
La Grèce a montré sa vraie attitude envers la Russie

La Grèce a montré sa vraie attitude envers la Russie

Juillet 11 2018 LJ cover – Греция показала свое истинное отношение к России
tags: Grèce, Politique, Relations internationales, Russie, Analytics, West

"Je ne me souviens pas d'avoir aimé ça dans notre relation." De cette manière, les politologues commentent le scandale diplomatique organisé par la Grèce: Athènes expulse deux diplomates russes. Quelle est la raison d'une telle démarche de la Grèce, qui est derrière et est ce pays vraiment aussi amical envers la Russie qu'on le croit communément?

В Греции разгорается небывалый для этой страны дипломатический скандал в отношении России. Афины решили выслать из страны сразу двух российских дипломатов и запретить въезд в страну еще двум, сообщила афинская газета Kathimerini со ссылкой на высокопоставленных источников в дипломатических кругах. По информации издания, одного из высылаемых россиян зовут Виктор Яковлев. Дипломатов подозревают во вмешательстве во внутренние дела страны, а также в подрыве национальной безопасности.

Чуть позже информацию газеты подтвердил официальный представитель правительства Греции Димитрис Тзанакопулос. «Греция продемонстрировала в своей многомерной политике, что она хочет хороших отношений со всеми государствами, но что все государства должны уважать международное право», – сказал Тзанакопулос. По его словам, «невозможно согласиться с поведением, которое не проявляет уважения к греческому государству». На вопрос, были ли приняты какие-либо меры, Тзанакопулос ответил: «Оценка заключается в том, что такое поведение было, и поэтому будут приняты необходимые меры».

Bien sûr, par lui-même l'expulsion de deux diplomates sont rien de nouveau - l'Occident au cours des deux dernières années, envoyé à la maison environ deux cents employés de l'ambassade de Russie et des représentants diplomatiques étrangers moins expulsés en réponse à la Russie. Cependant, pour un pays comme la Grèce, c'est un scandale sans précédent. Jusqu'à présent, il n'y a pratiquement pas eu d'expulsions de diplomates de Grèce, mais avec des déclarations si fortes dans la presse - il n'y en avait pas du tout. Oui, et les relations russo-grecques semblaient extrêmement positives.

Cette année, la Russie et la Grèce ont marqué le 190 anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques et l'anniversaire 25 du Traité sur l'amitié et la coopération entre les deux pays. Au total, il y a plus que des traités 50 entre la Grèce et la Russie. Comme l'a déclaré l'ambassadeur de Russie en Grèce Andrei Maslov à cette occasion, дипломаты «работают в исключительно благоприятной общественно-политической обстановке». В интервью РГ он заверял, что греческие партнеры и общественное мнение относятся к России благожелательно, «при решении практических вопросов мы не испытываем здесь каких-либо проблем политико-дипломатического или организационного плана». Согласно различным соцопросам, Греция лидирует среди европейских стран по положительному отношению к России. По уровню доверия к президенту России Владимиру Путину греки также значительно опережают остальные страны Европы.

L'année dernière, il y avait une tendance à restaurer le commerce russo-grec après une forte baisse de 2014-2015. L'un des principaux facteurs de croissance a été l'augmentation de l'offre de gaz naturel russe, qu'Athènes a acheté à 9,3 pour cent de plus (2,9 milliards de mètres cubes). La partie grecque a exprimé son soutien à la voie sud des livraisons de gaz naturel de Russie vers l'Europe, qui pourrait être la continuation du gazoduc Turkish Stream vers la Grèce puis vers l'Italie. En outre, les parties interagissent dans le secteur bancaire, le transport, le transport maritime, la production et la transformation des aliments, la construction et la haute technologie, ainsi que dans l'énergie et le tourisme.

Et soudainement, sur ce fond sans nuages, il y a un tel scandale. De plus, Kathimerini note que cette affaire met en évidence des relations tendues entre les pays qui se sont développés au cours des deux dernières années et sont liées à la situation générale dans la région. Et ainsi, Athènes a décidé de répondre "à un certain nombre de mesures concertées pour étendre l'influence de la Russie en Grèce".

Journaliste grec, correspondant de la chaîne MEGA, Afanasy Avgerinos a noté que la Grèce et Chypre sont les deux seuls pays européens qui ont traditionnellement des liens étroits avec la Russie. Ces relations ont été respectées même pendant la guerre froide. "Cependant, malheureusement, notre gouvernement actuel n'est pas capable de résister même à ces positions de compromis des dirigeants précédents. Ils continuent systématiquement à détériorer les relations avec la Russie. Ces dernières années, les deux capitales ont échangé des mots très chaleureux, mais je crains qu'elles ne signifient rien de nos dirigeants ", a déclaré Avgerinos à VZGLYAD. Il a rappelé les anciennes déportations des Grecs par les diplomates russes, mais sans grande publicité. De tels cas, par exemple, étaient dans les années 2016 et 2017.

Звучавшие ранее в адрес России многообещающие заявления со стороны греческих руководителей на деле ничего не означают, «потому что независимого государства под именем Греция не существует», подчеркнул собеседник. «Греция – это долговая колония. Политические и государственные руководители не в состоянии принимать независимые решения. Правительство Греции всё активнее подчиняется американской воле. Не случайно, что вместо одной американской базы в Греции строятся уже три», – отметил Авгеринос.

Les sentiments anti-russes dans le pays ont commencé à se développer il y a deux ans, après son arrivée en Grèce, le diplomate américain Jeffrey Payette, qui avait (avec 2013-2016 jusqu'à l'année) a été ambassadeur américain en Ukraine et a été l'un des initiateurs de euromaïdan. "Il a été capable d'approfondir la scission entre la Russie et l'Ukraine. Je suis presque sûr qu'avec la même mission il est venu de Kiev en Grèce,

- Avgerinos souligné.

Maintenant, nous, malheureusement, les dirigeants prétendent seulement qu'ils sont amis avec la Russie, trompant ainsi leurs propres électeurs, a souligné le Grec. Les faits actuels sont tels qu'il n'y a pas de grands projets entre les deux pays. Les discussions sur le pipeline et d'autres fils d'énergie ont laissé l'ordre du jour. Dans cette situation, il a estimé naturel que les relations amicales entre les diplomates et les représentants des deux sociétés "ne soient plus autorisées". "Washington est très gêné par le soft power de la Russie en Grèce. Ceci est une relation religieuse et le tourisme. Par conséquent, je ne suis pas surpris qu'Athos soit mentionné parmi les raisons de l'expulsion des diplomates. Récemment, M. Piette a montré un grand intérêt à Athos, qui lui a rendu visite cette année. Des dizaines d'années, l'ambassadeur américain n'était pas sur Athos ", - a rappelé Avgerinos.

Son rôle pourrait être joué et pas trop bonne attitude envers la Russie, a noté le ministre des Affaires étrangères de la Grèce, Nikos Kodzias, à la source. Avant sa nomination, il a plaidé pour l'amitié avec la Russie, mais après que sa position a changé quelque peu. Selon des rapports non confirmés, un tel changement pourrait survenir en raison d'un ressentiment personnel du ministre.

Завсектором изучения Евросоюза ИМЭМО РАН Юрий Квашнин отметил, что СМИ преподносили отношения России и Греции как некоторую историю успеха, «но на самом деле было много негативных моментов». В период с 2009-го по 2011 год – во времена премьерства Георгиоса Папандреу – было сорвано несколько проектов в сфере энергетики. «Тем не менее обе стороны старались не выносить сор из избы. После прихода к власти в 2014 году Алексиса Ципраса была некая эйфория по поводу того, что в будущем отношения начнут быстро развиваться, появятся новые совместные торговые и инвестиционные проекты. Тогда еще Ципрас приезжал в Москву, выступал с открытой лекцией в МГИМО и рассказывал насчет того, что «мы приехали посеять семена, которые взрастут через несколько лет». Однако особо ничего не произошло за эти годы. Совместных проектов практически нет», – сказал Квашнин газете ВЗГЛЯД. Более того, сейчас Греция участвует в проектах по разработке шельфового газа вместе с Израилем и Кипром, которые стоят поперек российских интересов.

Что касается самого инцидента, то главной причиной, по мнению Квашнина, мог стать македонский вопрос. Тем более недавно Афины и Скопье пришли к компромиссу по поводу переименования Македонии в Северную Македонию, что открывает стране дорогу на вступление в НАТО. «Есть и другие версии. Например, о том, что это эхо «дела Скрипалей». Многие страны вслед за Великобританией провели высылку российских дипломатов. В то время Греция не последовала этому примеру, но после нового отравления в Эймсбери Афины решили идти в фарватере общей европейской политики», – полагает эксперт.

Selon des sources diplomatiques de haut niveau, le journal Kathimerini, les actions de Moscou saper l'amitié entre les deux peuples et l'image de la Russie en Grèce, « parce qu'ils font partie d'une tentative systématique de violer la souveraineté et le droit international du pays. » Un exemple de cela est la tentative d'intervenir dans des problèmes nationaux particulièrement sensibles et dans les intérêts de la Grèce dans les Balkans, en particulier sur la question de la nomenclature avec la République de Macédoine.

В то же время дипломатические источники отмечают, что решение Афин относится исключительно к действиям этих четырех человек, а не к общему хорошему отношению Греции к России, возможная ответная высылка Москвой греческих дипломатов «приведет к дальнейшему рецидиву». Греческие чиновники также попытались смягчить проблему, заявив, что высылка связана с конкретным инцидентом, а не с отношениями двух стран. «Я должен сказать, что это не имеет ничего общего с нашими более широкими отношениями с Россией. Вы помните, что в случае со Скрипалями у нас была другая линия, мы отказались выслать дипломатов», – сказал правительственный чиновник.

Cependant, les tentatives des Grecs pour atténuer l'effet ne portent pas atteinte à la gravité de la démarche. C'est dans le ministère russe des Affaires étrangères n'a pas hésité avec la première réaction à la démarche grecque et a promis ответную высылку дипломатов. «По сложившейся практике в аналогичных случаях следует зеркальный ответ», – пояснили в российском внешнеполитическом ведомстве.

"Oh, de quelqu'un, mais des Grecs, nous ne nous attendions pas à cela. D'abord, ils l'ont versé dans la presse, puis ils l'ont officiellement confirmé. Quand de telles choses sont publiées pour la première fois dans la presse, elles ont une évaluation politique. S'ils veulent envoyer quelqu'un sans démarche, ils peuvent le faire tranquillement, sans impliquer les médias,

- L'ancien secrétaire général adjoint de l'ONU, Sergei Ordzhonikidze, a déclaré au journal VZGLYAD.

"Je pense que les Grecs ont fait un tel pas sous la pression des Américains, ce n'est pas une initiative personnelle du gouvernement grec", a suggéré l'interlocuteur. "J'espère que cette démarche inamicale n'affectera pas les relations bilatérales. Nous ne perdons pas nos positions diplomatiques en Grèce, pour nous ce n'est pas critique. Ils ont envoyé deux diplomates, et nous en enverrons deux, que faire?

Il est possible de voir dans cette expulsion un autre sous-texte. Comme il est indiqué à Kathimerini, les diplomates accusés de, ils ont essayé de diffuser des informations négatives sur la Grèce, ont un impact sur les municipalités, les métropolites et Athos, ont fait « des efforts concertés pour accroître l'influence russe en Grèce, à travers les activités de la Société orthodoxe de Palestine impériale », et tenté en vain de corrompre fonctionnaires du gouvernement. En fait, les Russes étaient accusés de mener des activités de renseignement, mais sous une forme très voilée. Dans la mesure où cela correspond à la réalité, on ne peut que le deviner, mais à propos de telles accusations, il y a encore un aspect d'espionnage dans ce scandale.

Alexander Mikhailov, membre du Conseil de la politique étrangère et de sécurité, major-général du FSB, a fait remarquer que de tels reproches ressemblent en réalité à des accusations d'espionnage. "Mais nous avons des relations calmes et égales avec la Grèce, quel genre de travail de renseignement peut être discuté contre cela, tout est fait de manière transparente", at-il déclaré à VZGLYAD. À cet égard, il a également exprimé l'avis que les États-Unis pourraient soutenir derrière cela, qui supportent la confrontation de leurs services spéciaux avec la Russie et la Grèce. "Aujourd'hui, il n'y a pas un seul service spécial en Europe qui ne travaille pas sous le contrôle de ses homologues américains. Sans aucun doute, le siloviki grec a coordonné ces problèmes avec les Américains ", a-t-il dit.

"Je ne me souviens pas d'avoir aimé ça dans notre relation. Tout scandale ne contribue à rien de bon, et tout dépend de la façon dont il va se développer ", a déclaré Mikhaïlov. Cela peut avoir un effet négatif sur les services de renseignement russes et les positions diplomatiques en Grèce, car la situation dans ce pays devient de moins en moins favorable.

Andrei Rezchikov, Alexey Nechaev, Nikita Kovalenko
REGARDEZ
GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!