Aujourd'hui: Décembre 10 2018
Russe English Grecque letton Français Allemand Chinois simplifié) Arabic hébreu

Tout ce que vous voulez savoir sur Chypre sur notre site web Cyplive.com
la ressource la plus informative sur Chypre dans la runette
L'Europe commence à se débattre avec "la dissidence pro-russe"

L'Europe commence à se débattre avec "la dissidence pro-russe"

Mars 30 2018 LJ cover – Европа начинает борьбу с «пророссийским инакомыслием»
tags: Europe, UE, Politique, Sanctions, Russie, Analytics

Le refus de l'Autriche d'expulser les diplomates russes était perçu en Europe et en Grande-Bretagne comme une véritable révolte contre la solidarité de l'Occident. L'Autriche n'est pas le seul pays de l'UE qui conserve sa sympathie pour Moscou, et ils ont des raisons d'aller à l'encontre de Bruxelles. Cependant, les fonctionnaires européens préparent de nouvelles méthodes pour combattre "la dissidence pro-russe".

Австрия изъявила желание стать посредником между Великобританией и Россией в диалоге по делу Скрипаля. Об этом заявила министр иностранных дел страны Карин Кнайсль. Она напомнила, что Австрия «в 1995 году вступила в ЕС как государство с нейтральным статусом», поэтому является «контактным лицом для всех участников».

Knaysl a souligné que l'Autriche ne serait pas recourir à l'expulsion de diplomates russes, « parce qu'il est essentiel de préserver les voies de dialogue dans des situations critiques. » Si l'empoisonnement du vin russe Skripal et sa fille seront prouvé si « sur la base de la convention sur les armes chimiques peuvent être mis au point un mécanisme pour une action multilatérale, » - dit Knaysl. En d'autres termes, Vienne est en fait déclaré indirectement - l'Autriche est toujours pas prouvé toutes les accusations portées contre la Russie.

За такую позицию Вена подверглась жесткому давлению и критике. Как отметила Кнайсль, британский посол несколько раз пытался добиться изменения позиции Австрии. Кроме того, различные европейские политики активизировали нападки на Вену в своих выступлениях и постах в соцсетях. Так, дипломаты из Британии и других стран «единой Европы» в Сети заявили, что «Австрия сжигает мосты» и «нейтралитет Австрии несовместим с членством в ЕС». Позиция Австрии в деле Скрипаля «абсурдна, в конечном счете речь идет о солидарности со страной ЕС, в которой, очевидно, по приказу России совершена попытка отравления», – приводит Deutsche Welle слова члена германского «Христианско-демократического союза» (ХДС), депутата Европарламента Эльмара Брока. Другой евродепутат от ХДС Дэвид Макаллистер указал, что Австрия наравне со всеми государствами Евросоюза должна продемонстрировать полную солидарность с Великобританией.

En plus de l'Autriche, le Luxembourg, la Grèce, la Bulgarie, la Slovénie, la Slovaquie, Chypre, Malte et le Portugal n'ont pas pris de telles mesures anti-russes, le pays de l'OTAN Turquie a également exprimé un fort refus d'y participer.

В симпатиях к России в Европе уличили и другие страны. Британский журналист Джон Ллойд на страницах Irish Examiner заявил, что Италия будет «самым влиятельным элементом в группе пророссийских европейских политиков, к числу которых можно также отнести премьер-министра Венгрии Виктора Орбана, премьер-министра Греции Алексиса Ципраса, лидера французской партии «Национальный фронт» Марин Ле Пен и руководство немецкой «Альтернативы для Германии».

Le Britannique a déclaré que, à la fin des dernières élections législatives, la grande majorité a reçu un parti « populiste-nationaliste », qui « ouvertement des vues pro-russes », en particulier le mouvement des « cinq étoiles » et « Ligue du Nord ». En cas d'unification, il possédera les trois quarts de l'électorat et le pays deviendra "la plus grande démocratie russophile d'Europe", a averti le journaliste.

Раньше взвешенную политику в отношении России вела и Германия. Особенное потепление наблюдалось, когда вскрылись факты прослушки американскими спецслужбами телефона немецкого канцлера Ангелы Меркель. Однако несмотря на то, что в некоторых вопросах, как, например, по газопроводу «Северный поток – 2», некоторое соприкосновение интересов РФ и ФРГ еще сохраняется, в целом Берлин занимает все более и более антироссийскую позицию. Так, в четверг Меркель и премьер-министр Великобритании Тереза Мэй в телефонном разговоре сошлись на необходимости продолжать совместную работу по «противостоянию усилившейся агрессии со стороны России».

Ainsi, le camp de sympathie avec la Russie dans l'Union européenne après l'affaire de Skripal est en attente de changement. La sympathie Moscou a exprimé aujourd'hui « sudistes » - Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Bulgarie, Chypre, Malte et la République tchèque avec le « gouvernement pro-russe », et l'Autriche, qui veut être un pont entre l'UE et la Russie, at-il déclaré au journal Allemand Voir le politologue Alexander Rahr . "Cela s'explique par le fait que dans ces pays il n'y a pas d'ambitions géopolitiques envers la Russie", a-t-il déclaré.

Cependant, certains de ces pays ont été contraints de céder sous l'assaut de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Comme l'a souligné dans les commentaires du journal VIEW journaliste italien, ancien député européen Giulietto Chiesa, actuellement les pays les plus actifs dans le camp « russophile » sont l'Autriche et de l'Italie.

L'Italie est un partisan de longue date de la Russie, et même si elle a envoyé deux diplomates russes, cela ne signifie pas qu'elle a changé de position, a souligné Chiesa. Selon lui, cela a été fait sous la pression du Royaume-Uni et des États-Unis, alors que Rome lui-même ne voulait pas le faire. "Dans le même temps, nous n'avons pas encore de gouvernement, et personne ne sait quand il sera formé", a déclaré la source, soulignant que pour cette raison la politique italienne est toujours dans les limbes. À cet égard, Chiesa croit que pour l'instant c'est l'Autriche qui est le chef du camp pro-russe en Europe.

Rahr pense aussi que le principal russophile d'Europe n'est pas l'Autriche et non l'Italie, mais la Grèce. Selon les experts, les deux « vieil ouest » la politique européenne et des États-Unis ne sera pas donné de mener un programme pro-russe indépendant (que nous avons déjà vu dans l'exemple italien), alors que le Premier ministre grec Alexis Tsipras au Congrès à Bruxelles « a ouvertement critiqué la position britannique, en disant: qu'elle ne le satisfait pas. "Jusqu'à présent, la Grèce est le seul pays qui peut aller à l'encontre de la politique anti-russe. En outre, le pays a de grands liens culturels et religieux avec la Russie ", a déclaré la source.

Vienne, Rome et Athènes ne vont pas contre la Grande-Bretagne, car ils sentent la pression de l'opinion publique, et les Européens ordinaires sympathisent avec la Russie et son leader Vladimir Poutine, a souligné Chiesa. En outre, l'ancien député européen a noté qu'en Autriche, en Grèce et en Italie, il est entendu que la coopération avec la Russie est beaucoup plus rentable que la confrontation.

Cependant, l'Union européenne lutte activement contre la dissidence. "Maintenant, les pays qui expriment leur sympathie pour la Russie n'ont aucune possibilité d'accroître leur influence. La bureaucratie européenne va maintenant changer les règles du jeu. En particulier, il va essayer de faire pression sur les normes, selon lesquelles le vote sur la politique étrangère et la sécurité dans l'UE sera à la majorité, et non par consensus.

Cette innovation est nécessaire pour gagner la majorité, mais pour le moment la majorité est contre la rhétorique anti-russe ", a déclaré Rar.

Le politologue est sûr que Moscou a agi avec sagesse, ne réagissant pas de manière rigide aux actions de l'UE. "Aucun truc de puissance n'est nécessaire. Beaucoup comprennent déjà que la décision est prise à partir de zéro - sans faits, preuves. Dans ce contexte, la situation peut se calmer. Et la Russie peut aider les pays de l'UE qui sympathisent avec elle, prouvant doucement sa justesse ", a-t-il expliqué.

Marina Baltacheva, Anna Baykova
REGARDEZ
GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!