Aujourd'hui: Novembre 17 2018
Russe English Grecque letton Français Allemand Chinois simplifié) Arabic hébreu

Tout ce que vous voulez savoir sur Chypre sur notre site web Cyplive.com
la ressource la plus informative sur Chypre dans la runette
"Les amis de Poutine" a réussi à dévisser les mains de l'Europe

"Les amis de Poutine" a réussi à dévisser les mains de l'Europe

29 2018 Juin LJ cover – «Друзьям Путина» удалось выкрутить руки Европе
tags: UE, Politique, Analytique, Migration, Réfugiés, Europe

Le président du nouveau gouvernement italien des "amis de Poutine" Giuseppe Conte a fustigé le sommet de l'UE avec sa "diplomatie anti-système". "Conte a laissé tomber la bombe au sommet", "a pris tout le sommet en otage" - de cette façon, la presse décrit le comportement du Premier ministre italien. Pourquoi s'est-il comporté de cette façon et qu'a-t-il accompli?

Джузеппе Конте, глава кабмина Италии (того самого, который прозвали правительством «друзей Путина»), стал главным героем своего первого саммита Евросоюза. Именно благодаря ему в ходе мероприятия в пятницу страны ЕС достигли договоренности по вопросам миграции.

Переговоры были непростыми: они длились почти 12 часов, о чем написал в Twitter глава Евросовета Дональд Туск. Камнем преткновения стал именно миграционный вопрос. Европейцы никак не могли прийти к консенсусу, соглашение по миграции несколько раз переписывалось. В результате они хотели принять итоговую декларацию саммита без упоминания миграционного вопроса.

Но этому помешал новичок европейского форума. «Конте сбросил бомбу на саммит», – отметил EUobserver со ссылкой на одного из евродипломатов. «Европейские лидеры почувствовали горький вкус антисистемной дипломатии», – подчеркнул портал EURACTIV, напоминая о том, что Конте возглавляет коалиционное правительство двух партий – «Лиги» и «Пяти звезд», которые считают внесистемными и евроскептическими. Издание добавило, что итальянский премьер «взял целый саммит в заложники».

Conte a déclaré que si un accord sur la question de la migration n'était pas atteint, il opposerait son veto à la résolution finale du sommet, qui torpillerait tous les résultats de l'événement. EURACTIV a suggéré que ce comportement a été inspiré par le président des États-Unis Donald Trump, à une réunion avec laquelle il quittera bientôt et qui a récemment bloqué la conclusion finale de l'ensemble du sommet du Groupe des Sept.

Quoi qu'il en soit, la position difficile de l'italien a porté ses fruits. En conséquence, les participants ont été contraints de revenir à la discussion sur le thème de la migration, qui a duré jusqu'à environ cinq heures du matin. Et un compromis a été trouvé après tout.

Напомним, иммиграционный кризис бушует в Европе уже не первый год. Пик кризиса пришелся на 2015 год, когда в Европу въехало около 1,2 млн мигрантов. При этом больше всех пострадали Италия и Греция, которые в силу географического положения стали для беженцев своего рода «воротами в Европу». В этом году ситуация вновь начала обостряться из-за погодных явлений. Высокая температура побуждает тысячи мигрантов из Африки и с Ближнего Востока прорываться в Европу. По данным Международной организации по миграции, с начала года в Европу прибыли 194 611 человек.

Sur quoi les dirigeants des pays de l'UE se sont-ils finalement mis d'accord? Tout d'abord, à Bruxelles, ils ont compris l'importance de l'accord de l'Union européenne et de la Turquie sur la migration de 2016, qui a sauvé l'Europe de la catastrophe, mais plus d'une fois était sur le point d'échouer. Suite aux résultats du sommet, il a été décidé que la Turquie se verra allouer une deuxième tranche de 3 milliards d'euros pour son assistance aux réfugiés et la coopération se poursuivra.

En outre, les Européens sont déterminés à conclure des accords similaires avec les pays africains. Les dirigeants de l'UE ont l'intention de s'entendre sur la création d'une plate-forme pour eux dans les dépôts - des camps de réfugiés, ce qui empêchera leur départ illégal en Europe.

Завотделом европейских политических исследований ИМЭМО РАН Надежда Арбатова позитивно оценила такое рвение европейских лидеров решать вопросы с нелегальной миграцией на дальних подступах. «В Нигере в свое время был создан такой центр. И это правильное направление. ЕС не может переварить миграционные потоки. Это не только финансовая нагрузка, но это вызывает недовольство граждан, провоцирует рост популизма, то есть возникает угроза самому европейскому проекту», – заявила она газете ВЗГЛЯД.

Вот только проблема в том, что сами африканские страны пока не слишком-то настроены спасать ЕС созданием подобных платформ. Например, Марокко в четверг отвергло подобную идею. Кроме того, как писала газета ВЗГЛЯД, ровно год назад европейцы решили, что уже практически достигли похожего соглашения с Ливией, однако их радости оказались преждевременными.

L'un des résultats les plus significatifs du sommet a été le rejet de l'accord de Dublin selon lequel les migrants peuvent demander un permis de séjour dans le premier pays où ils entrent après une traversée illégale de la frontière, a déclaré M. Arbatova. "Pour les pays de la périphérie sud, c'est une question de vie ou de mort. Après tout, c'est l'Italie, Malte et la Grèce qui en ont fait les frais ", a-t-elle déclaré.

Et cela peut être attribué à une autre réalisation majeure de Giuseppe Conte, parce que c'était Rome qui était le principal lobbyiste de cette décision. Les Italiens ont essayé de promouvoir cette question pendant de nombreuses années, mais c'était seulement possible pour le gouvernement actuel. Comme l'a souligné le Premier ministre lui-même, «le principe principal est reconnu: quiconque arrive en Italie vient en Europe». Et c'est exactement ce dont Conte a presque torpillé tout le sommet.

Dans le même temps, de nombreux autres pays de l'UE, notamment la Pologne et la Hongrie, ne sont pas très satisfaits de cette décision, car ils ont tout fait pour éviter d'accueillir les migrants et se sont opposés à la responsabilité collective. Cependant, pour eux, il y avait une certaine consolation: au sommet, en effet, les quotas pour les États de l'UE pour la réinstallation des réfugiés ont été abandonnés - précisément ce qu'ils voulaient tant. Les pays accepteront désormais les immigrants sur une base volontaire. Et à ces fins sur le territoire des membres de "l'Europe unie" va créer des centres de migration. Comme l'a souligné le président français Emmanuel Macron, dans le cadre du concept plus large de «responsabilité et solidarité».

Mais seuls les quotas ont été inventés à l'origine précisément parce que les pays de «l'Europe unie» partageaient volontairement le fardeau avec la même Italie et la même Grèce et refusaient d'accepter une partie des réfugiés. Oui, et ils ont discrètement boycotté le quota. Ce qui les amènera à montrer de la bonne volonté maintenant, reste un mystère.

La décision de créer de tels camps était très importante pour la chancelière allemande Angela Merkel. "Un problème important est que les migrants qui ont atteint les pays de l'UE ne sont pas simplement laissés à eux-mêmes, ne se dispersent pas sur tout le territoire, mais sont gardés dans des centres spéciaux pendant que leur sort est décidé", a souligné Arbatova. C'est-à-dire que les pays sur le territoire desquels se trouvent de tels centres devraient contrôler les mouvements de migrants dans ces pays.

Pour Mme Merkel, cette question était importante car, au sein du pays, elle subit d'énormes pressions de la part des partenaires de la coalition au pouvoir sur cette question. En général, l'un des principaux ministres, le chef du ministère allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer, l'a menacée de l'effondrement de la coalition au pouvoir si elle ne résolvait pas le problème de l'entrée des migrants illégaux dans le pays.

Также был определен порядок оказания помощи беженцам, терпящим бедствие в Сицилийском проливе. Как передает ТАСС, Конте отметил, что «операции (по спасению) теперь опираются на принцип разделения ответственности и будут координироваться странами совместно». «Все корабли должны уважать законы и не вмешиваться в операции ливийской службы береговой охраны, главным образом корабли неправительственных организаций», – сказал Конте.

Le document final contient également l'obligation de financer un fonds d'assistance aux pays africains, d'où provient la majorité des migrants arrivant en Italie. Le financement de ce fonds était également l'une des exigences de Rome pour l'UE. "Après cette réunion (Conseil européen), l'Europe est plus forte et plus solide", a déclaré le Premier ministre italien.

Ainsi, le principal bénéficiaire de l'accord peut être considéré exactement Conte. Néanmoins, comme noté ci-dessus, le reste des pays a également reçu leur prix de consolation. À cet égard, Emmanuel Macron s'est empressé de qualifier l'accord de «solution européenne» à la crise migratoire. La déclaration, pour le dire sans ambages, est trop forte. Malgré un certain nombre de changements dans le problème de la migration après le sommet, les principaux bonus qu'il a donné à des pays et des dirigeants individuels. Quant à «l'Europe unie» dans son ensemble, tout n'est pas si dépourvu d'ambiguïté.

Le député du Bundestag allemand Valdemar Gerdt ("Alternative pour l'Allemagne") estime que les résultats du sommet sont plus formels. "Au moment de l'exécution de ces décisions, nous reviendrons à l'ancienne position. Purement médiatiques c'était le bon pas pour donner encore le temps de trouver non pas un compromis, mais vraiment la bonne décision. C'est juste un report du problème ", a déclaré Gerdt à VZGLYAD.

"Le problème doit être résolu radicalement. Ce n'est pas en Europe, mais dans les pays où les flux de réfugiés viennent ", a déclaré Gerdt. "Là, il est nécessaire de mettre en place des programmes qui permettraient aux gens de rester sur leurs terres. Un euro dépensé dans le même Irak ou en Afrique a un effet 20. Il vaudrait la peine de penser à créer des centres de formation sur le terrain, une infrastructure qui permet aux gens de travailler », estime le député.

En outre, le politicien a exhorté, non pas en paroles, mais en pratique, à renforcer les frontières européennes, afin qu'elles cessent d'être une fenêtre ouverte pour tous les arrivants. "Il n'y a pas de frontières - il n'y a pas d'état. Nous pouvons prendre de nombreuses décisions, mais si ce problème n'est pas résolu, les réfugiés s'en iront. Le besoin les conduira ici par millions. C'est un test très sérieux pour l'Europe et l'ensemble de la civilisation ", - a conclu Gerdt.

Andrei Rezchikov, Nikita Kovalenko, Yana Belousova
REGARDEZ
GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!